Voilier, péniche… Ils ont choisi de vivre sur leur bateau

Pour faire le tour du monde ou tout simplement pour vivre autrement, certains font le choix d’habiter toute l’année sur leur bateau. Une vie de rêve, souvent, mais qui n’est pas exempte de contraintes. Témoignages.

À la recherche d’un nouveau mode de vie

Qu’est-ce qui peut bien pousser à abandonner la vie sur terre pour s’installer dans son bateau ? Certains sont nés la barre à la main : c’est le cas de Liz Clark, qui a choisi à 35 ans de faire le tour du monde à bord de son voilier, après un voyage de 6 mois en mer avec sa famille, lorsqu’elle était enfant. Pour d’autres, ce choix de vie si particulier n’avait rien d’une évidence : Patrick et Marie-Claire, auteurs du blog La Route de Gavroche, vivaient dans une maison en Belgique avant de décider de changer radicalement de vie. Tout a commencé par un coup de foudre : en 2007, ils font la rencontre de Gavroche le voilier. Ils passent d’abord week-ends et vacances à le réparer, découvrant l’une des réalités de la vie sur un bateau : il faut savoir tout faire, à moindre coût. Le couple décide enfin de se mettre à l’épreuve en passant une année complète sur leur voilier, amarré dans le port de Bruxelles, et prend goût à cette vie radicalement différente. Une vie passée en compagnie d’une communauté plus vaste qu’on ne pourrait le croire de propriétaires vivant en permanence sur leur navire, plus libre, plus grisante, mais parfois difficile.

La vie à bord, à quoi ça ressemble ?

À les entendre, on pourrait parfois croire que ces aventuriers mènent exactement la vie dont ils rêvent. Eh bien… oui et non ! Que l’on habite toute l’année au port ou que l’on ait choisi de naviguer, la vie à bord ne va pas sans quelques contraintes. Il faut tout d’abord s’habituer à un espace réduit, et apprendre à faire le deuil de son confort de jadis : « Vivre sur son bateau, c’est devenir SDF (Sur Domicile Flottant) et accepter de vivre simplement. Simplement ne veut pas dire précairement, nous ne manquons de rien et nous ne nous privons pas », expliquent Steph et Matth sur leur blog Un pied en mer. Vivre simplement, c’est-à-dire en se privant d’une grande partie de ses possessions « terrestres » (souvent stockées dans un garde-meuble), et en apprenant à accepter les aléas de la vie en mer : météo capricieuse, avaries, entretien du bateau, escales plus ou moins faciles en fonction des ports et des pays…

« Un vieux rêve de gamin »

Pour ceux qui peuvent se permettre de naviguer de port en port, la liberté semble totale : de nouvelles découvertes les attendent à chaque destination, avec cette sensation délicieuse d’être en vacances toute l’année. Ceux qui ont fait ce choix insolite de vivre sur leur bateau n’ont pour la plupart guère de regrets : « On n’a pas de voisins bruyants au-dessus et on peut partir voyager quand on veut sans avoir à faire ses valises. Pour moi, c’était un vieux rêve de gamin », souligne Gérard, propriétaire du voilier « Nuage », dans un article de Sud-Ouest.

0 Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*