Témoignages : ils ont fait leur Service Volontaire Européen

Encore méconnu en France il y a quelques années, le Service Volontaire Européen (ou SVE) permet aux jeunes de 18 à 30 ans de partir n’importe où dans l’Union européenne pour y réaliser, tous frais payés, une mission en lien avec une action culturelle, sociale, humanitaire ou écologique. Le tout sans conditions de diplôme, de niveau d’études… ou même de compétences en langues ! Ces Français l’ont fait, et en sont revenus ravis et enrichis.

Une coupure bénéfique avant un départ dans la vie active

De nombreux jeunes partis faire leur SVE ressentaient à l’origine le désir de marquer une pause dans leurs études, ou avant de s’engager dans une recherche d’emploi. « Finir mes études à 22 ans et travailler sans avoir jamais voyagé ? Je l’aurais trop regretté ! », détaille mlleColette dans un article publié sur Madmoizelle.com. En l’occurrence, le SVE constitue un dispositif idéal pour les étudiants attirés par de nouveaux horizons. Les missions s’étalent sur plusieurs mois et, sur place, tout est pris en charge. Une seule exigence : faire preuve d’un réel engagement auprès de sa structure d’accueil.

Découvrir le monde professionnel tout en œuvrant pour le bien public

En amont de tout SVE, il y a la recherche d’une mission et d’un organisme d’accueil dans un pays de l’Union européenne. Une démarche parfois longue et fastidieuse : le Service Volontaire Européen attire de plus en plus de jeunes, et il n’est pas forcément aisé de trouver une place ! Une fois le volontaire en lien avec une structure locale, le départ s’organise assez rapidement. Arrivé à destination, un autre défi se présente à lui : s’intégrer dans une culture inconnue, tout en menant à bien sa mission. « Après trois ans de fac, je ne savais pas exactement ce que je voulais faire après », explique Violaine sur le site d’Erasmus + Jeunesse. « J’avais pour projet de partir à l’étranger, mais je ne voulais pas partir dans le cadre universitaire. La formule SVE m’a tout de suite intéressée. J’allais pouvoir vivre le quotidien d’une association et travailler directement avec les Lituaniens […] J’étais volontaire, entre Vilnius et Kaunas, dans un centre social pour enfants ayant des problèmes sociaux (éloignement familial, parents en grandes difficultés, précarité). Au début du projet, cela n’a pas toujours été facile. J’ai beaucoup appris y compris en prise d’initiatives. »

Une aventure au bilan souvent positif pour les jeunes volontaires

« C’est une vraie expérience interculturelle, avec beaucoup de partage et de découvertes ! […] Le SVE peut aussi être très intéressant d’un point de vue professionnel », raconte mlleColette, qui évoque ainsi le cas de volontaires espagnols rencontrés durant son service et restés sur place pour trouver du travail à la fin de leur mission. « Pour moi, le SVE a d’abord été une très belle expérience humaine ! », précise Violaine. « En parallèle de cela, j’étais en colocation avec d’autres jeunes en SVE, Mitza (Roumanie), Ani (Arménie) et Isabel (Allemagne). Cette colocation était super, j’ai appris beaucoup sur leurs propres pays. »

Confiance en soi, talents linguistiques, compétences professionnelles, enrichissement culturel et humain : le Service Volontaire Européen offre des opportunités uniques à ses participants, et de multiples bénéfices à long terme.

0 Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*