Plongée sous-marine dans la Manche : à la découverte des vestiges marins du Débarquement

Lorsqu’on parle de plongée, on imagine généralement des eaux turquoise, la Grande Barrière de corail et des poissons multicolores. Mais il n’est pas nécessaire de se rendre aux Caraïbes, en Australie ou en Corse pour vivre une expérience sous-marine inoubliable. En Normandie, certaines agences proposent la découverte d’épaves de bateaux coulés en 1944 au cours de la Seconde Guerre mondiale, dans le cadre de l’opération Overlord. La plus importante campagne maritime de tous les temps a converti la Manche en véritable cimetière sous-marin. Qu’attendez-vous pour l’explorer ?

Des épaves habitées par les poissons et les éponges

L’été (juin-septembre) est la période idéale pour plonger dans la Manche, lorsque les eaux sont plus chaudes et la visibilité optimale. Cela dit, l’exploration est possible toute l’année, bien qu’elle dépende beaucoup de l’orientation du vent. À l’approche des épaves, vous constaterez que ces dernières font véritablement partie du paysage, et qu’elles ont été reconverties en récifs artificiels. Les navires, colonisés par toutes sortes de poissons et d’éponges, vivent une deuxième vie sous la mer. La faune et la flore marines se servent de ces structures insolites pour se protéger de leurs prédateurs et des pêcheurs, qui n’osent lancer leurs filets sous peine d’en rompre les mailles.

Les tacauds règnent en maîtres dans les épaves de la Manche. Reconnaissables à leurs flancs cuivrés, ils se déplacent en bandes. Certains spécimens pèsent plus de deux kilos. Vous rencontrerez également des lieus jaunes. Si vous entrez à l’intérieur des navires, vous croiserez certainement des bars et, cachés sous une tôle ou dans un trou, quelques homards désireux qu’on les laisse tranquilles. Faites cependant preuve de vigilance en visitant les épaves, car les homards peuvent vous sectionner un doigt en un coup de pince !

Harpagas

À proximité du port d’Arromanches, à environ 12 mètres de profondeur, gît un grand navire long de plus de 130 mètres appelé Harpagas. Pendant le Débarquement, il servait de ravitailleur pour les troupes alliées. Les marins l’appréciaient particulièrement pour le whisky qu’il transportait. Le 19 août 1944, il a heurté une mine et sombré rapidement. Outre des bouteilles de whisky, les plongeurs peuvent aujourd’hui y trouver des objets insolites, notamment des masques à gaz et des matelas métalliques, qui permettaient aux chars de débarquer sur la plage.

USS Susan B. Anthony

Ce cargo vapeur américain a pris la direction de la Manche en mars 1930, avec près de 2 300 soldats à son bord. Il porte le nom de l’éditrice d’un journal intitulé « The Revolution », qui lutta pour les droits des femmes au XIXe siècle, en particulier pour leur droit de vote aux élections présidentielles de 1872. Le 7 juin 1944, le Susan B. Anthony s’est approché des côtes normandes en pleine nuit pour déposer ses 2 288 hommes sur la plage d’Omaha Beach. Il a échappé aux bombardements, mais il a fini par heurter une mine. L’arrivée d’autres bateaux a permis de sauver tous les soldats avant qu’il ne disparaisse à jamais sous les eaux. On y trouve notamment un impressionnant canon de défense, des mâts de charge et des munitions. L’histoire, la taille et la bonne conservation de la partie avant du navire font du Susan B. Anthony l’une des plus belles épaves de la Manche.

USS Broadsword

Construit en 1942, ce navire mesure 121 mètres de long et près de 19 mètres de large. Embarquant 1 300 soldats en direction de Sword Beach, il faisait partie de la première vague du Débarquement. Le 2 juillet 1944, il a heurté deux mines et coulé immédiatement. L’épave repose aujourd’hui à une trentaine de mètres de profondeur, à quelques milles nautiques d’Omaha Beach.

Pontons d’Arromanches

Les pontons d’Arromanches servaient de quais d’accostage et protégeaient les navires contre la houle. Ces blocs de béton ne sont pas très esthétiques vus de l’extérieur, mais ils réservent de belles surprises à quelques mètres de profondeur. Ils séduisent particulièrement les plongeurs amateurs de macrophotographie. Vous verrez des blennies rayées et des marguerites de mer recouvrant ces structures. Les pontons d’Arromanches sont visibles depuis les côtes. Ils sont facilement accessibles et permettent de s’initier en douceur à la plongée.

0 Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*